Suivez au fil des saisons la vie à la Ferme des Escargots du Loir.
Certifiés Agriculture Biologique et situés à 10 minutes de Vendôme sur la commune de Mazangé dans le Loir-et-Cher, nous élevons
en plein-air nos escargots, proposons des visites, des dégustations et la vente à la ferme de produits cuisinés à base d'escargots.
Retrouvez-nous aussi sur les marchés de la région, en AMAP et lors de manifestations ponctuelles !

Enfin des nouvelles !

Et oui, il s'en est passé du temps depuis mon dernier message. Mais ... il s'en est passé aussi des choses depuis pour les Escargots du Loir !


Déjà, les cours pour obtenir mon BP REA LX (Brevet Professionnel Responsable d'Exploitation Agricole orientation Héliciculture, rien que ça) sont ter-mi-nés. Me voilà donc à nouveau à la "home-sweet-home". Finis donc :

- la chambre d'internat et la cantine et ses siiiii-délicieux-et-équilibrés menus
- les allers/retours à la maison seulement 1 fois par mois
- les soirées à bosser jusqu'à minuit pour finir les dossiers à préparer

Mais finis aussi :

- les cours enrichissants et les visites chez les pro
- le partage avec des formateurs sympas, passionnés et passionnants
- et malgré tout, le temps de l'"innocence" où nous n'avions que nous à gérer (pas de courses ou de tâches ménagères à faire).

Toutes les bonnes choses ont une fin et même si il n'y avait pas que des avantages, j'ai appris tellement et rencontré des gens exceptionnels qui marqueront à jamais ma mémoire ! Ce fut donc une formation hyper intéressante car 100% ciblée sur l'élevage d'escargots.

Voici venu le temps de la pratique ! De retour à la maison, les choses sérieuses ont (re)commencées.

Déjà, je vous annonce l'existence officielle de l'entreprise. Me voilà immatriculée au CFE (Centre de Formalités des Entreprises) de la Chambre d'Agriculture depuis le 19 avril : Numéro de SIRET et compagnie, ça ne rigole plus Madâââme.

Ensuite, j'ai fini mon stage 21h à la Chambre d'Agriculture (et oui encore elle). Il s'agissait de 3 journées de "formation" et d'échanges en groupe pour rencontrer les interlocuteurs de la Chambre que je serai amenée à revoir pour répondre à mes questions (environnement, communication, financement ...). L'occasion aussi de rencontrer les futurs jeunes agriculteurs qui vont s'installer dans les mois à venir dans le Loir-et-Cher et d'échanger sur nos projets respectifs.

Demain et vendredi prochain, je termine la formation sur le PDE (Plan de Développement Economique), toujours à la Chambre. Il s'agit de regrouper dans un "logiciel-exprès-pour" tous les éléments économiques liés à l'activité de l'entreprise : charges, produits, investissement, financement ... Heureusement, tout ça a été dégrossi pendant la formation mais ce n'est pas évident de se projeter dans l'avenir, estimer au plus précis les charges, le montant des investissement, la répartition du chiffre d'affaires selon les produits ....

Tous ces rendez-vous et journées se sont intercalés entre les phases d'installation du parc car oui, c'était bien là la priorité "numbeur ouane" : que le parc soit prêt pour l'arrivée de mes petits protégés.

Et dans ces cas-là de planning hyper chaud, on remercie le mois de mai avec ces jours fériés et plus encore, je remercie la famille disponible, volontaire et corvéable à merci qui a largement contribué à ce que tout soit opérationnel dans les temps.

Voilà donc en image un retour sur la construction :

Déjà un petit coup de tondeuse pour y voir plus clair

Ensuite, on délimite l'emplacement des allées et les périmètres

Petit coup de bombe pour que la pelleteuse sache où faire les tranchées

La pelleteuse en action : nous voilà avec une tranchée de 30 x 30 cm sur le périmètre extérieur du parc. Mais pour quoi  faire vous demandez-vous ? Patience, patience, on y arrive !

L'enfonce-piquet pneumatique entre en scène : les poteaux de 3.20 m sont enfoncés tels des cure-dents dans une tomate cerise (ou presque ...)

Tous les poteaux sont en place, c'est au tour des tôles ondulées d'être positionnées dans la tranchée. Objectif : faire une barrière aux rongeurs creuseurs de galerie qui voudraient à tout hasard pénétrer dans la zone réservée aux escargots pour y faire un festin. De même, la tôle dépassant de 15-20 cm de la surface du sol, les hérissons, qui ne sont pas des escaladeurs hors pair, devraient ne pas pouvoir entrer dans le parc.

C'est parti pour une longue série de "je-saute-sur-ma-pelle-bêche" pour mettre en place les allées de circulation

Courage, il n'y en a plus que 150 mètres linéaires à installer ...

Et hop, une vision un peu plus élargie pour constater la mise en place de la clôture anti-fuite. Il s'agit d'un filet, enfoncé dans le sol, constitué d'un maillage très serré pour ne pas que les escargots passent à travers et sur lequel est cousu, tout en haut, un ruban électrifié.

Maintenant, on peut reboucher les tranchées pour que les tôles restent bien en place

Prenons un peu de hauteur : les allées sont presque toutes installées, les câbles ont été tendu sur les poteaux

On recouvre les poteaux d'une protection (des boîtes plastique) pour éviter qu'ils prennent trop l'eau et ainsi, le filet anti-oiseaux  sera plus facile à installer car il glissera sur les boîtes plutôt que se raccrocher dans les tendeurs des câbles

Et voilà, un travail de groupe bien ficelé : le filet a pris place, il est bien tendu, c'est beau ! A noter le long du parc les tuyaux noirs pour monter l'eau et l'électricité depuis la maison, 20m plus bas et 75m plus loin.

Atelier soudure pour réaliser les supports de mangeoire que vous apercevez en tas en haut à droite de la photo. Ils seront enfoncés dans le sol et une planche qui servira de mangeoire sera positionnée au dessus

On peut maintenant passer à l'aménagement intérieur : d'abord les supports de mangeoires sont fichés en terre, on pose ensuite les mangeoires dessus ...

 et on y adosse les surfaces de collage qui serviront d'abris pour les escargots

Installation du cabanon qui va servir de "local technique" ...

avec l'arrivée d'eau et les vannes de distribution vers les parcs ... 
... et le tableau électrique : électrificateur de clôture, programmateur d'arrosage et disjoncteur principal

Voilà, c'est au poil : l'arrosage est fin près pour accueillir mes 75.000 petits protégés !


Et enfin, le plus important pour conclure : les escargots sont arrivés ! Mais ça, je vous laisse languir encore un petit peu et vous découvrirez très prochainement comment s'est déroulé le lâché de ces 300.000 cornes (et oui, 2 paires par escargots) !

A bientôt !

PS : Toutes les photos de la mise en place du parc sont visibles en cliquant ci-dessous :
Le début en mars
La suite en avril
Et la fin en mai

12 commentaires:

  1. Waw, ça faisait longtemps...
    Beau travail !

    RépondreSupprimer
  2. Oh là, c'est les grandes manœuvres !
    ça rigole plus vraiment ;) Très pro en tout cas, vraiment bien.

    Félicitation :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, comme tu dis, ça a été un peu dans l'esprit des tranchées de Verdun pendant un moment.
      T'as vu, on n'est pas des rigolos nous !

      Supprimer
  3. Bonjour Lisa ,
    Tu as très bien travaillé ,
    Cela va bien marcher j'en suis sur !
    Escargotement !!
    Philippe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Phiphi.
      "A qui le tour ?", n'est ce pas ! J'ai hâte de voir ton oeuvre !

      Supprimer
  4. Bravo pour le boulot impressionnant !!! Ouhaaa on a hâte de les voir ces bêtes a cornes ! Sacre cheptel !

    Des bisous a tous les deux.

    Claire et Guillaume

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On vous attend pour vous faire visiter, pas de souci !
      Bises.

      Supprimer
  5. super reportage photo !

    RépondreSupprimer
  6. bonjour merci pour super reportage photo et civous voullez bien m'envoyer un document détailler SUR l'élevage d'escargots. chaji.achraf@gmail.com

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour votre partage d’expérience, cela donne idée du travail

    RépondreSupprimer